Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

Un seul être vous manque...

Alors que le derby entre Kingersheim et Ruelisheim était entrain de tourner court, hier après-midi au Cosec de Kingersheim, la blessure de Bastien Winkelmuller au 3e set a basculer le match dans une autre dimension.

Il fallait vraiment se serrer pour se faire une petite place dans un Cosec de Kingersheim plein comme un oeuf pour ce derby tant attendu entre les Kingersheimois et les Ruelisheimois, dont la plupart des joueurs ont porté le maillot du VBCK. Mais personne n'aurait pu écrire d'avance le scénario qui s'est joué... Car ce derby a été le théâtre d'une multitude de rebondissement. Le premier acte a montré la domination du VBCK.Malgré une meillieure entame de match, les MDPA - qui menaient 16-11 n'ont pas réussi à préserver leur avantage. La faute à une solidité défensive de fer des Kingersheimois, qui ont enlevé le set grâce à deux blocs gagnants (25-23).

Les Ruelisheimois ont alors connu un énorme passage à vide, encaissant 9-0 à cheval sur les 2 sets. Malgré un temps-mort de Yann Genet-Lapujade, les MDPA sont restés au fond de la mine et étaient bien loin d'apercevoir un peu de lumière. Les attaques puissantes de Winkelmuller, les services de Nollet et d'Apter et cette incroyable solidité au block signée Valet et Oumouch, ont permis au VBCK de mener dans les grandes largeurs (9-3, 16-10). Malgré quelques bonnes attaques de De La Fuente, les MDPA n'ont rien pu faire, à l'image du service gagnant d'Apter pour clore le set (25-15).

Ce derby tant attendu allait-il laisser tout le monde sur sa faim ? Le deuxième acte, qui a été le tournant du match, a été la blessure de Bastien Winkelmuller. Touché au genou droit, apparement à la rotule, l'un des fers de lance du VBCK n'a pas pu continuer la partie avant d'être évacué par les pompiers. Avant ce malheureux événement, les kingersheimois menaient 8-3 et semblaient se diriger vers une victoire presque trop facile. Mais quand un seul être vous manque, tout est dépeuplé...

Cela s'est vérifié avec une équipe Kingersheimoise qui a eu du mal à se remettre en route après ce coup du sort. Sans l'un de leurs maître à jouer - Bastien Winkelmuller avait livré un match plein - les joueurs de Zbigniew Latoszek ont commencé à déjouer. Encore devant (11-3), ils ont perdu pied face à des Ruelisheimois qui ont commencé à sortir de leurs coquille. Plus précis en attaque, plus incisifs au contre, ils ont fait parler leur expérience pour ne jamais paniquer ou s'avouer vaincus.

Malgré un autre acteur incontournable de ce derby, l'arbitre - qui a apporté un peu de piment et de tension avec des décisions souvent ubuesque-, les deux équipes ont tenté de garder leur sang-froid. Bien leur en a pris car elles ont ensuite offert un match palpitant avec du suspense. Car en opérant une remontada sous l'impulsion de Lakic, Pigeot, ou encore Defaud, les MDPA se sont relancés dans le match (25-17) en continuant à grapiller des points face à des Kingersheimois à la défense bien plus friable et à l'attaque moins franche. Commettant de nombreuse erreurs, le VBCK a dû passer par un Tie-Break. Les choses semblaient lui sourire à nouveau avec un contre retrouvé au début du cinquième set (7-4). Mais c'etait sans compter sur l'expérience et la combativité des vieux briscards des MDPA, qui ont réalisé le hold-up parfait en s'adjugeant le tie-break (15-13) et un derby qu'ils auraient sans doute perdu depuis longtemps déjà sans la sortie malencontreuse sur blessure de Bastien Winkelmuller...

En savoir plus sur l'auteur

GENET-LAPUJADE Yann